Accueil

Introduction


Accueil maison des solidarités de Lagny-sur-Marne

La protection des personnes recevant du public est un sujet à l’ordre du jour. Qu’il s’agisse de commerçants, de personnels hospitaliers ou de personnels de bureaux, tous ceux qui sont appelés à être en contact avec des visiteurs potentiellement agressifs sont demandeurs d’une solution permettant d’alerter discrètement collègues ou service de sécurité.

En combinant astucieusement un système de transmission radio avec notre solution basée sur un bus bifilaire (les données transitent sur deux fils), on obtient un ensemble modulable permettant de répondre à coup sûr à toutes les configurations qui peuvent se présenter. Ce principe a d’ores et déjà été mis en œuvre dans chacun des cas cités, à la plus grande satisfaction des utilisateurs.

Les commerces


Plateforme d'innovation Le Cargo

Grâce à sa modularité, la solution DupliTech s’applique aussi bien à des petites places commerciales (4 commerçants à Sevran en Seine-Saint-Denis) qu’à des centres commerciaux moyens comme celui de Fontenay-sous-Bois (30 commerçants) mais aussi à des ensembles beaucoup plus vastes (120 commerçants au centre commercial Val d’Europe en Seine-et-Marne).

Et dernièrement 49 commerces sur 32 000 m² sont équipés de ce système anti-agression (vaste complexe commercial nommé Le Cargo situé dans les anciens entrepôts Macdonald à Paris).

Les bureaux recevant du public


Maison des solidarités de Lagny-sur-Marne

Dans les locaux recevant du public, tout particulièrement ceux qui œuvrent dans le secteur social, il est désormais fréquent que le personnel soit confronté à l’agressivité des visiteurs. De nombreuses réalisations sont opérationnelles dans ce secteur comme la Maison de l’Emploi de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines, l’agence DASES de Ménilmontant, le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) d’Arras du Pas de Calais, l'Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) de Bobigny, l'intégralité des « Maisons des Solidarités » de Seine-et-Marne, la sous-préfecture de Meaux et la cour d’appel de Versailles.

La configuration du système est similaire sur chaque installation, chaque occupant d’un bureau disposant d’une télécommande radio fixe ou mobile. Il peut ainsi appeler de l’aide si nécessaire. Son appel parvient, sous une forme sonore et visuelle, sur des boîtiers de report répartis dans le bâtiment aux endroits les plus susceptibles d’alerter les collègues à même d’intervenir pour calmer le perturbateur.

Dans tous ces organismes, c’est en général le poste d’accueil qui est le plus exposé et qui fait systématiquement l’objet d’un équipement.